Escapade à Nîmes

Un week-end à Nîmes, moment de découverte et de gastronomie locale...
Les arènes, la maison carrée, les rues ombragées, le vin et les spécialités locales.
Découverte de Nîmes en 2 jours

Nous avions planifié ce week-end en avril pour l’anniversaire de notre amie Daria, et qui plus est, sont baptême  de l’air. Mais les grèves de Ryanair étant ce qu’elles sont, nous avons dû prendre notre mal en patience. Et nous y voilà, avec malgré tout 2 heures de retard (toujours merci Ryanair), au mois de juin.

Petit clin d’oeil : je dois bien avouer que voir Daria devant son hublot pour son baptême de l’air m’a réchauffé le coeur 🙂

En principe, une navette vers la gare de Nîmes se coordonne sur les arrivées des avions. Malheureusement, avec tous les retards, nous n’avons pas pu en profiter et aurions dû attendre 2 heures à l’aéroport. Pas d’autre choix que d’appeler un taxi. Nous arrivons finalement vers 16 heures à l’hôtel.

Nous pensions visiter l’amphithéatre en fin de journée. Mais, en été, il est souvent fermé à partir de 14h30 en raison des nombreux concerts, représentations, spectacles. Ce n’est que partie remise … Nous pouvons l’admirer de l’extérieur. Avec ses 133 mètres de long, 101 mètres de large et 26 de haut, il est impressionnant en pleine ville et surtout magnifiquement conservé.

La journée a été longue et c’est l’heure de se poser pour un apéritif bien mérité !  Pas très loin de notre hôtel se trouve la très belle avenue Victor Hugo, ombragée de magnifiques grands arbres. 

On se pose au BarJoe. Un café bien animé et une chouette terrasse pour déguster un vin blanc de la région bien frais, du Viognier. Un vrai plaisir surtout avec cette température caniculaire.

Le restaurant Chez Hubert aussi d’ailleurs, où nous terminons la soirée face à l’amphithéatre.

Découverte Nîmes : jour 2

De l’hôtel nous n’avons qu’à traverser le hall de la gare pour arriver sur l’Avenue Feuchère, superbe allée piétonnière, ombragée de grands arbres, ponctuée de bancs pour profiter de la douceur de l’instant. Elle nous mène vers l’Esplanade Charles de Gaulle, une place centrale au milieu duquel trône la fontaine Pradier.

Vers les jardins de la Fontaine

Notre objectif de la matinée est la tour Magne, le point culminant des jardins de la Fontaine. On passe devant le Tribunal et on longe les arènes vers la gauche, en direction du Boulevard Victor Hugo, que l’on remonte jusqu’à la fin du Boulevard Alphonse Daudet, à l’entrée des quais de la Fontaine. Ensuite c’est une très belle balade jusqu’aux anciens bains romains situés aux pieds des jardins. 

Pour traverser – enfin je veux dire, pour gravir les jardins en escaliers – il y a quelques marches à grimper. En ce mois de juin exceptionnellement chaud, on prend le temps, on profite des bancs ici et là et on admire la magnifique végétation de l’endroit. Encore quelques dizaines de mètres et voici le point culminant de notre balade : la tour Magne.

La tour Magne, est le dernier vestige de l’enceinte romaine qui entourait la ville de Nîmes.  Construite par les gaulois vers 400 avant JC, elle fut remaniée par les romains, sous Auguste vers l’an 27 avant JC. Ces derniers l’on remaniée, recouverte et on doublé sa hauteur.  Elle est le point culminant de la ville de Nîmes.  Le paysage panoramique de la ville qu’elle nous offre si l’on gravit ses 140 marches vaut la peine de l’effort.

Vers les halles

On redescend vers la gauche par la rue de la Tour Magne pour arriver par les petites ruelles vers le Square Antonin et ensuite vers les Halles. Pour avoir adoré les Halles couvertes à Barcelone, je dois bien avouer qu’elles ne sont pas impressionnantes, juste raffraichissantes …

It’s Lunch Time …

Après cette grande et belle balade qui nous a pris toute la matinée, il est déjà l’heure de reprendre des forces. La place de l’Horloge est à 200 mètres des Halles.  Une très sympathique place remplie de terrasses et de parasols. Un chouette endroit pour faire un break autour d’une bonne salade et un verre de vin blanc évidemment ! La Maison Villaret, célèbre boulangerie-pâtisserie, propose une variété de salades froides qui font notre bonheur par cette chaleur.

Dernière escapade de la journée

Après une incursion raffraîchissante dans la clim de notre chambre, nous repartons pour découvrir la Maison carrée. Quelques bâtiments sont en rénovation et cette dernière en fait partie. Nous ne la verrons donc que de l’extérieur. 

La Maison carrée est un temple romain datant du 1er siècle après JC sous le règne d’Auguste. On dit qu’il s’agit aujourd’hui du temple antique le mieux conservé au monde. La place sur laquelle elle est construite ne fait plus ses 80 mètres de long d’origine, mais il n’en reste pas moins que le bâtiment reste impressionnant et l’on peut aisément s’imaginer les prêtres gravissant les 15 marches du temple pour aller hononer les dieux représentés dans le temple devant la foule rassemblée autour du temple. (un peu d’histoire :  Maison Carrée)

La porte d’Auguste

La porte d’Auguste date du premier siècle avant JC. Elle faisait partie de l’enceinte romaine autour de la ville et constituait l’une des entrées principales de la ville par la « via Domitia ». (Porte d’Auguste). Celui qui pose en chemise blanche n’est pas Auguste, c’est mon mari Pierre 🙂

Sur la même place, on trouve l’église Saint-Baudile de Nîmes. J’aime l’architecture de nombreuses églises, basiliques, cathédrales mais force est de constater que l’intérieur est toujours tellement lugubre, empreint de tristesse, sombre. Dans nombreuses d’entre elles existent de magnifiques vitraux, mais malgré tout, ils n’arrivent pas à laisser passer suffisemment de lumière pour embaumer un peu l’atmosphère … Autant j’aime l’extérieur qui est souvent absolument extraordinaire, autant l’intérieur me donne le bourbon et la dépression ! Celle-ci fait face à une fontaine et un bassin dans lequel, en raison de la chaleur, deux gamins s’amusent comme des fous !

Fin de la journée …

… nous mène vers la Cathédrale Notre-Dame-et-Saint-Castor de Nîmes. Bon … je pensais que, en dépit de toutes les bâches qui la recouvrent pour cause de rénovation, j’allais m’éblouir de l’intérieur ! Mais non ! Triste, sombre, lugubre, catholique quoi ! Je n’ai rien à vous montrer, dommage ! Je m’attendais à quelque chose d’un peu lumineux, susceptible de me donner l’envie de m’y asseoir un moment et réflechir. Mais non ! Je n’ai eu qu’une envie : retrouver la lumière du jour et la chaleur du soleil. Il n’y a que ça de vrai finalement.

Mais il est déjà l’heure de l’apéritif et bizarrement on se retrouve à nouveau dans le même bar que le jour d’avant … Avant de nous poser dans un restaurant quelques dizaines de mètres plus loin, dont je ne me souviens plus du nom . Pour moi il ne casse pas la baraque comparé à « Chez Hubert » 🙂

Découverte de Nîmes : J 3

Enfin les arènes … oops non ! Ce ne sont pas des arènes à la base mais un amphithéâtre. Mais c’est quoi la différence ? En fait, il n’y en a pas ! Ils désignent tous les 2 un endroit où se déroulaient les jeux romains avec au centre une arène. Les arènes de Nimes sont constuites vers la fin du 1er siècle après JC. On ne va pas vous faire l’histoire mais à l’heure actuelle, les arènes sont the place to be pour de nombreuses représentations, concerts et spectacles. En même temps on comprends l’importance de la rentabilisation quand on sait que le coût des travaux de rénovation se chiffrent à plus de 9 millions d’euros.

« Et dans les grands artistes, on peut noter le Jazz Festival de 1976 à 1988, avec la participation de musiciens légendaires, Miles Davis, Charlie Mingus, Dizzy Gillespie, Michel Petrucciani, Sonny Rollins, Ray Charles, etc. Tina Turner y a également déchaîné les passions au milieu des années 1980. Plusieurs chansons issues de l’album live de Dire Straits, On the Night, ont été enregistrées en 1992 aux arènes de Nîmes. Par la suite de nombreux groupes se sont produits dans ces arènes, notamment lors du Festival de Nîmes. Citons le concert du groupe de metal Rammstein, dont il est sorti un DVD appelé Völkerball, ou encore le groupe de metal Metallica en juillet 2009, avec un DVD appelé Français pour une nuit. Le groupe Justice a également réalisé un concert en 2012 avec un DVD live sorti en mai 2013 nommé Access All Arenas. On peut citer d’autres artistes comme The Cure, David Bowie, Mylène Farmer, Bob Dylan, Radiohead, Pharrell Williams, The Police, Depeche Mode, Green Day, Björk, Pink, Elton John, Phil Collins, Jamiroquai, Michel Sardou, David Guetta, Peter Gabriel, Muse, Texas, Placebo, ZZ Top, Daft Punk, Alicia Keys, Stevie Wonder, Slash, Slipknot, System of a Down, The Prodigy ou The Offspring etc. »

De juin à fin août, les arènes ferment à 14h30 h pour la mise en place des concerts et représentations. Donc, nous avons visité les arènes le dernier matin. C’est impressionnant mais toute la logistique mise en place pour toutes ces représentations sont un peu au détriment de l’authenticité du côté historique. Le paysage est entaché de gradins, de barrières metalliques, d’un podium permanent … difficile de réaliser ce que cela pouvait représenter. Mais une fois arrivés sur le dernier étage, on a quand même une vision sur la ville et sur le centre de l’arène … Il  suffit de fermer les yeux.  L’audio guide est vraiment bien imaginé : l’interview d’un gladiateur qui nous raconte comment leur vie se passait, les différents types de combattants, les mises à mort … Ce n’est pas du tout ennuyant et on aime la manière de nous intéresser à cette partie de l’histoire. Il faut compter 2 bonnes heures pour la visite mais c’est passionnant. 

Et c’est déjà la fin ..

Après une plongée dans l’histoire, il nous reste le temps pour passer encore un peu de temps à une terrasse le long des arènes et profiter de la douceur du moment. Nous avons fait un choix de moules à volonté à la Brasserie des Arènes

Nous un peu partout …

Retour à l’hôtel

Trouvez votre hôtel à Nîmes

Problème avec votre vol ?

 

Il faut souligner que nous avons voyagé ave Ryanair. Le voyage était prévu les 23/24/25 avril et pas de bol, nous sommes tombés pile poil dans le mouvement de grève que tout le monde connaît et a subi les conséquences. Notre voyage a pu être postposé (moyennant un petit supplément bien sur) et nous sommes allés à Nîmes les 17/18/19 juin (avant que les autres mouvements de grèves ne recommencent ! Nous avons eu 1.30 h de retard à l’aller et 2.40 h au retour. Ce n’est pas de bol car il faut 3 heures de retard minimum pour prétendre à une compensation quelque soit le site.  Mais bon je vous mets le lien, on ne sait jamais ! Finalement il nous manquait 21 minutes pour être indemnisés 😉

Articles associés